Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 09:29

Il aura fallu attendre 16 mois pour que cette question de la desserte en passagers de l'île aux marins soit enfin réglée.

En septembre 2013 nous faisions part au Sénateur-Maire de notre analyse juridique sur la desserte en passagers de l'île aux marins indiquant que celle-ci relevait de la Mairie. En novembre 2013 (puis le 16 mai 2014) , la Mairie avançait des arguments juridiques contraires.

 

Dans cette situation, qui n'a rien de choquant sur le fait de ne pas être d'accord juridiquement, j'ai tenté de convaincre le Préfet Mr LATRON de saisir le juge administratif afin que le droit soit dit : refus catégorique et tout le monde s'en souvient.

 

Nous avons saisi le juge en juillet 2014 qui m'a rétorqué que nous n'avions pas compétence pour le saisir de cette question, que seul le Préfet le pouvait.

 

En juillet 2014, j'ai adressé un 1er courrier au Préfet : sans réponse.

 

Fort de l'arrivée du Préfet Mr BOUVIER, et pensant naïvement que ce dossier pourrait être géré intelligemment, j'ai donc adressé une nouvelle relance en octobre 2014 : sans réponse.

 

Finalement à ma 3ème relance en janvier 2015, le Préfet me répondait qu'il ne saisirait pas le juge administratif préférant privilégier le dialogue....mais concilier tout le monde sans savoir juraidiquement ce qui est possible reste un mystère que j'appelle du bricolage administratif !

 

Autrement dit, après 3 courriers du Conseil Territorial demandant la saisine du juge administratif, le Préfet a compris qu'il fallait saisir le juge le 27 février.

 

L'Etat est dont de mon point de vue responsable de la situation actuelle car il a laissé pourrir la situation pour des intérêts éloignés de l'intérêt général.

 

J'aurai l'occasion dans les heures qui viennent de donner mon point de vue sur ce dossier notamment à l'écoute des journaux radio et tv de SPM 1ère mais je suis scandalisé par le fait que la Mairie laisse entendre qu'un privé puisse se positionner alors que la desserte va générer un défict minimum de 80 000€.

 

Et que dire d'un avis de juge rendu public le 16 mars alors qu'il a été rendu le 05 mars ? Autrement dit le Conseiller d'Etat en mission sur SPM connaissait la teneur de cet avis au moment de son passage...no comment.

 

Il y a une semaine encore la question de la carence de l'initiative privée ne faisait pas débat et surtout aucun doute, aujourd'hui la Mairie semble refuse d'exercer sa compétence, c'est lamentable.

 

Le Préfet m'a récemment demandé ce que nous ferions si le CT était désigné par le juge administratif, ma réponse a été simple : nous assumerons nos responsabilités....visiblement nous n'avons pas tous la même vision des choses.

 

En tout cas, on peut dire que la Mairie et la Préfecture ont réglé leur communication au diapason.

Partager cet article

Repost 0
Published by Stéphane ARTANO
commenter cet article

commentaires