Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 08:04

Finalement l'Etat a décidé de ne pas appliquer l'inflation sur le coût du transport maritime. Est-ce que cela était si évident que cela comme on pourrait le penser à entendre le préfet en télévision ce mercredi 20 janvier ? 


Non et interrogé par mes soins sur la volonté de l'Etat de faire supporter à la population le coût de l'inflation du transport, le Préfet m'indiquait :

" ce mécanisme n'existe pas actuellement et son absence est à l'origine d'un surcoût pour l'Etat. La grille tarifaire n'a jamais pris en compte l'inflation. Le mécanisme d'intégration de l'inflation dans la future grille tarifaire reste à déterminer
(compte rendu de la réunion du 08/12/2015 décembre 2015 en Préfecture) 


Par ailleurs, le 12 janvier 2016 quand le Préfet répondait à notre courrier du 05/01, il était toujours aussi catégorique : 

"je vous rappelle que la grille tarifaire pour la desserte internationale en fret n'a pas évolué depuis une décennie et que l'Etat a absorbé seul le surcoût du transport lié à l'inflation. La charge de l'inflation doit donc être mieux répartie entre l'Etat, les importateurs et les consommateurs. C'est la raison pour laquelle la prochaine DSP prévoira un mécanisme de répartition de l'inflation...

Je tiens néanmoins à vous préciser qu'il n'y aura aucun "rattrappage" de l'inflation des années antérieures". 

Je crois que nous sommes lucides sur les intentions de l'Etat.

Pourquoi nous parlons d'urgence à réagir ? Tout simplement parce que nous étions à la veille de l'envoi de la nouvelle grille tarifaire aux candidats sélectionnés par l'Etat et qu'il fallait donc éviter que les choses n'aillent trop loin.

Je note quand même que l'Etat n'a toujours pas répondu à la question de la gratuité depuis  Miquelon du transport de certains déchets vers Saint-Pierre ? le Préfet a répondu en réunion du 08/12/2015 par la négative mais cela ne figure pas dans le compte rendu final....et nous l'avons intégré dans notre voeu.

Les  télespectateurs auront remarqués que le Préfet, interrogé sur une possible augmentation des prix sur l'archipel à cause de la nouvelle grille tarifaire, prend littéralement les gens pour des imbéciles et précise que (seul) le panier de référence de 38 produits n'évoluera pas. Et le reste ? 

Ce dont la collectivité a parlé c'est bien d'une hausse de l'ensemble des prix sur le territoire, l'objectif de simplification si il est louable, doit être assumé seul financièrement par l'Etat qui est responsable du système mis en place : c'est aussi ce que nous demandons dans le voeu. Force est de constater que le Préfet n'a donc pas répondu et plus tard il s'empressera de dire qu'il avait précisément répondu que seuls les 38 produits de référence n'évolueraient pas !

Au risque de nous répéter, la grille tarifaire mise en place par l'Etat et qui a donc été envoyé aux candidats ( ce qui est logique sinon comment pourront-ils formuler une offre financière ?) va générer une hausse globale des prix sur le territoire. 


En réalité, le titulaire du marché encaissera plus de recettes, qui seront donc payées par les commerçants et importateurs locaux puis au final ces hausses seront répercutées sur le consommateur final. Réunis en observatoire du fret le matin du 08 décembre 2015, certains opérateurs ont fait part de leurs craintes au Préfet car si des prix augmentent, à ceux-ci viendront s'appliquer les droits de douane et certains ont bien vu le danger de cette nouvelle grille tarifaire.


Les réponses du Préfet sont donc insuffisantes et peu convaincantes. Qu'en pensent les autres élus dont le silence s'apparente pour moi à une complicité par inaction à l'égard du processus engagé par l'Etat ? 

Partager cet article

Repost 0
Published by Stéphane ARTANO
commenter cet article

commentaires

Jeannot BEAUPERTUIS 21/01/2016 13:55

J'ai lu le présent commentaire après avoir regardé par deux fois l'entretien télévisé de M. le Préfet.
Il ne m'appartient pas de m'introduire dans la façon de discourir sur le sujet. Par contre, il me semblerait essentiel que la DSP du fret maritime tienne compte de 2 éléments majeurs dans la détermination des coûts de transport dans notre archipel :
- le taux des devises : le taux de change euro/CAD quand le fret et/ou les frais accessoires sont libellés en CAD ou l'objet d'une clause de variation.
- le coût du carburant faisant en général l'objet d'une clause de variation à la hausse.

En ce moment, par exemple, ces éléments sont très favorables aux transporteur et importateur. Comment cela se traduit-il en fait dans les prix à la consommation ?

Cordialement à tous.