Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2016 2 03 /05 /mai /2016 11:45
Statut : bilan de la réunion du 02 mai à Saint-Pierre

Après être allé à la rencontre de la population de Miquelon-Langlade, le Conseil Territorial organisait hier soir une réunion/débat sur le changement de statut de Saint-Pierre à laquelle ont participé 60 personnes.

 

Ces deux premières réunions sont d'autant plus justifiées que la population est actuellement dans le plus grand trouble quant à un changement de statut. Au-delà des mots, le sondage en cours sur cheznoo.net devrait faire réfléchir les promoteurs du changement avant mars 2017 et le gouvernement aveuglé par ces mêmes élus.

 

La Ministre de l'Outre-Mer a indiqué dans son courrier du 08 mars 2016 que la population serait consultée rapidement afin que les élections de mars 2017 (renouvellement du Conseil Territorial) aient lieu avec un nouveau statut, donc une loi organique votée.

 

Pendant les 2 heures 30 de la rencontre, nous avons pu échanger de manière la plus poussée possible sur ce dossier. J'ai tenu à rappeler que nous serions favorables à faire un travail approfondi, mais que la précipitation actuelle n'apportera rien de bon au territoire : nous sommes favorables par exemple au transfert des compétences en matière d'urbanisme aux communes conformément à la délibération votée par notre équipe le 06 octobre 2006 à la suite de la consultation de la population.

 

Quels sont les enseignements que je titre de cette soirée ?

 

1. une appréciation très mitigée sur la collectivité unique

 

2. un sentiment que ce dossier est très fortement connoté politiquement   : à titre d'exemple, j'ai simplement tenu à rappeler à la population le courrier du 06 février 2015 signé par l'opposition menée par Annick Girardin qui demande à modifier le code électoral en urgence avant mars 2017, qui osera dire que c'est transpartisan ? 

 

3. une précipitation incompréhensible des parlementaires, d'Annick Girardin et du gouvernement. Les 3 personnes désignées seront-elles assez lucides pour préconiser de temporiser cette réforme car trop de questions restent en suspens ?

 

4. la population a du mal à comprendre les enjeux liés au changement et en quoi le statut actuel empêcherait l'Archipel d'avancer : il faut dire que le débat télévisé n'aura rien apporté de concret. Ce sentiment rejoint finalement les 73% de personnes interrogées sur cheznoo.net qui considèrent n'avoir pas bien compris le dossier ou qui disent avoir besoin d'autres informations pour mieux le comprendre.

 

J'ai tenu à exprimer publiquement le fait que le développement du territoire n'est en rien, freîné par le statut de SPM, bien au contraire, il recèle suffisamment de potentiel pour nous faire avancer, les projets en cours en sont le témoignage. Dans le cas contraire, que nos contradicteurs nous démontrent l'inverse, nous leur opposerons le schéma de développement stratégique et les nombreuses mesures prises en faveur de l'économie locale.

 

Etant donné la complexité de ce dossier, il est évident que la stratégie du gouvernement consistera à faire en sorte qu'avec les 2 questions posées, au moins l'une d'elles emporte l'accord de la population. Après le camouflet pressenti de la collectivité unique, il faut " sauver le soldat Ryan" et trouver une sortie politique honorable pour les élus de gauche en recherche de sécurisation de postes et de pouvoirs.

Un regret tout de même : aucun contradicteur politique hier soir pour nous apporter des arguments autres que le traditionnel "il faut changer le statut, ça ira mieux", "il faut plus de démocratie"....tous ces gens fuient le débat public quand on l'organise car ils ne sont pas à l'aise sur ce dossier.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Stéphane ARTANO
commenter cet article

commentaires

FOLIOT Bernard 04/05/2016 16:11

Qui peut croire, un instant, qu'on nous veuille du bien, au travers le changement de notre statut?
Au contraire, battez vous pour le maintenir, par exemple, maintenir notre représentation dans différentes commissions internationales, qui nous permettent de nous faire entendre directement et d'exister réellement en tant qu'entité territoriale, ce qui ne plaît pas, toujours à l'administration centrale. Nous sommes en train de perdre tellement de choses, phénomène qui nous dilue, de plus en plus dans le national (Banque, Mutuelle santé.... etc) Bravo d'avoir mis un frein, à l'emprise sur le territoire, du service de protection du littoral. Si notre territoire est bien "conservé", c'est grâce aux habitants qui ont su, être responsables et le protéger, contrairement à ce qui se passe ailleurs, voire, en Métropole, où il ne reste plus vraiment d'espaces de nature "sauvage". Et puis toutes ces missions, inutiles,comme ci nous ne savions rien, de notre Archipel; exemple les phoques. Nous savons depuis longtemps, qu'ils pullulent, détruisent la ressource, et qu'en l'absence de prédateurs, qu'ils se multiplieront (ils envahissent maintenant le port) davavtage, et que conclut la mission? Les étudier, avant de réduire la population. Alors qu'il faudrait, trouver un marché, et réduire leur nombre,de moitié, puisqu'il y a urgence! Connaître ce qu'ils mangent? A l'époque où je plongeais (les années 70), je les voyais dénicher du sable, sur les fonds marins du CAP PERCE, les coquilles St-Jacques, qu'ils allaient casser sur la falaise de LANGLADE. Les minis pyramides de morceaux de coquilles se dressaient devant nous. Si on ajoute à cela les dégâts sur les morues, saumons ...etc on a une idée sur l'épuisement de la ressource, dans la bande cotière.
Voilà, tout dans le même paquet. Salut à Tous.
FOLIOT Bernard