Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 23:26

A l'écoute du reportage de RFO des précisions paraissent indispensables sur ce dossier afin que la population puisse se forger une idée obective du dossier car l'information qui  a été donnée quant à l'avis des domaines n'est que partielle.

En 2007, un propriétaire de terrains situés à l’Anse à Henry a proposé au Conseil Territorial d’acquérir une parcelle de 41.400 m2.

Le Conseil Territorial a fait procéder à une estimation du domaine.

Par un avis du 13 juillet 2007 le service du domaine a d'une part indiqué au Conseil Territorial que la valeur du terrain était comprise entre 5589 € et 13.455 €, soit une valeur du m² comprise entre 0,135 € et 0,325 € le m²pour la valeur plancher au prix d'achat de la parcelle en 2000 et la valeur plafond à des ventes de terrains ayant des similitudes avec le terrain concerné ». et d'autre part que ce prix correspondait « 

Le 2 juillet 2008, la Collectivité a reçu un courrier par lequel elle a été informée de la volonté de ce même propriétaire de vendre au Conservatoire du littoral et des rivages lacustres, des parcelles situées à l'Anse à Henri (incluant la parcelle préalablement proposée au Conseil) pour un montant de 210.470,70 €.

Le service du domaine a, après avoir été interrogé par le Conservatoire du littoral en juillet 2008, procédé à une nouvelle estimation de ces parcelles, estimées cette fois à 1,50 € le m², soit une augmentation très substantielle et non circonstanciée par rapport à son avis précédent.

Invité à se prononcer sur son droit de préemption légal c'est à dire son droit d'acquérir par priorité ce bien, le Président du Conseil Territorial a indiqué au propriétaire qu'il souhaitait l'exercer, et,ce, pour un montant de 17.220,33 €, en se référant à l'avis du service du domaine du 13 juillet 2007.

Le 28 octobre 2008, le propriétaire a indiqué qu'il renonçait à la vente des parcelles à ce prix.

Compte tenu du refus du propriétaire et de la différence inexplicable existant entre les deux évaluations du service du domaine, le Conseil Territorial a été contraint de saisir le Tribunal de Première Instance aux fins de fixation du prix des parcelles.

Le Tribunal de Première Instance de Saint-Pierre s'est prononcé le 10 février 2009 en fixant le prix à 1,65 euro le m². Le 17 mars 2009, le Conseil Territorial a interjeté appel de cette décision.

Lors de l'audience qui a eu lieu le 22 avril, le Conseil Territorial a notamment indiqué que l'absence, lors de la première audience, du commissaire du gouvernement (chargé d'éclairer le Tribunal par son expertise en matière d'évaluation) entachait le jugement d'irrégularité et qu'en tout état de cause, la valeur fixée par le Tribunal, sans recours à la moindre expertise, était nécessairement erronée compte tenu des caractéristiques des parcelles litigieuses et, ce, en fournissant plusieurs actes de cession comparables.

La décision du Tribunal sera connue le 14 mai prochain à 14h00.



 

Partager cet article

Repost0

commentaires