Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 20:02

La démagogie ne sert à rien. Je suis particulièrement attéré par le dernier communiqué de la FEA BTP qui démontre l'incompréhension (essayons d'être positifs) des représentants professionnels sur un certain nombre de sujets.

 

Je vais donc faire preuve d'un peu de pédagogie à leur intention.

 

La section d'investissement de la collectivité sera en 2014 de 20,2M€.

 

Quelle est la part des crédits déjà inscrits au budget mais pas dépensés fin 2013 ? 5,7M€

 

Quelle est la part de crédits nouveaux 2014 ? 14,5M€

 

Est-ce que des opérations du contrat de développement à venir sont prévues dans ces crédits ? OUI "seulement" pour 900 000€ pour les coquilles Saint-Jacques de EDC, le reste seront pour de nouvelles opérations non encore programmées.

 

La FEA BTP peut-elle raisonnablement dire qu'aucun crédit n'a été inscrit en 2014 ? NON, c'est d'une mauvaise foi affligeante.

 

Est-il exact, comme le prétend la FEA BTP, de dire que les 20M€ de 2014  ne concernent seulement que le hangar sous douane, la gare maritime, la MNE et le résau de chaleur ? C'est entièrement faux, ces 20M€ concernent aussi des investissements en matériels achetés dans le commerce local (ZAMBONI pour la patinoire par exemple).

 

Dans tous ces crédits, est-ce que le réseau de chaleur est concerné ? NON, c'est une opération SODEPAR donc hors du budget du Conseil Territorial. Contrairement à ce que certains pensent, boucler un dossier de plus de 8M€ ne se fait pas en un claquement de doigts !

 

La FEA BTP souhaite une approche différente, les élus aussi : qu'elle fasse passer le message à certains adhérents car comment expliquer que sur le dossier Maison de la Nature et de l'Environnement une entreprise locale répond à 550 000€ alors que sur le même lot une autre entreprise locale répond à 900 000€ ?

 

Non, nous n'avons pas de planche à billets à la Collectivité et le secteur BTP n'est pas le seul secteur que nous aidons, il en faut pour tout le commerce local.

 

En termes de lisibilité, tout le monde sait que le BTP n'embauche jamais avant les congés de mai. Nous avions fait le test en 2013 en attribuant 900 000€ de travaux d'électrification en période hivernale...et pourtant.

 

La Collectivité fait étrangement l'objet d'attaques incéssantes mais qu'en est-il du reste de la commande publique sur  laquelle la FEA BTP est....silencieuse ?

 

J'ai proposé de créer un collectif pour monter à Paris, profiter d'avoir une secrétaire d'Etat locale au gouvernement, afin d'obtenir un financement exceptionnel pour le bitumage, l'eau et l'assainissement  et/ou le barrage de la Vigie : je ne sens pas un enthousiasme débordant sur cette proposition, pourquoi ?

 

Quand je disais qu'il fallait échanger sur des données EXACTES, je pense que la FEA BTP comprendra ce que je veux dire.

 

Si nous ne trouvons pas les crédits nécessaires pour satisfaire tout le monde et s'il faut au BTP tous les ans plus de 20M€ d'investissement (le Pdt de la FEA BTP avait indiqué lors de la réunion de la semaine dernière 30M€ par an je crois), alors il nous faudra sans doute fabriquer une monnaie locale, frappée par la collectivité...car je n'ai pas de recette miracle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 17:08

En vue du remplacement du Cabestan, le cabinet de consultant sélectionné par la Collectivité effectue cette semaine une mission sur l'Archipel qui s'inscrit après des rencontres au Canada (concernant l'étude complémentaire pour l'aspect fret maritime) et en Europe.

 

Ce mardi est consacré à une présentation de l'étude au Maire de la Commune de Miquelon-Langlade. Des commerçants locaux seront également rencontrés dans le cadre de l'étude complémentaire portant sur la partie fret.

 

Le reste de la semaine sera consacré à de nouvelles présentations : élus de la CACIMA, élus du Conseil Territorial, Préfecture. Le Sénateur-Maire absent de SPM rencontrera le cabinet de consultant ultérieurement.

 

Ce projet qui s'inscrit dans le schéma de développement stratégique du territoire (insertion régionale) est important pour l'Archipel en termes de désenclavement. Parallèlement, l'Etat a mandaté messieurs FORIN et JOUFFRAY pour actualiser leur étude sur le fret international datant de 2011. 

 

A l'approche d'une élection législative partielle le 29 juin prochain, j'ai décidé d'inviter les candidats déclarés à une présentation de l'étude afin qu'ils disposent du même niveau d'information et qu'ils puissent prendre position sur ce dossier si ils étaient interpellés par nos concitoyens.

 

Le calendrier du Conseil Territorial sera tenu pour un lancement de l'appel d'offres dans les semaines à venir.

Partager cet article
Repost0
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 14:22

Données extraites d'une note élaborée par la DCSTEP sur l'analyse des chiffres de l'Emploi à Saint-Pierre et Miquelon

 

« Nous avons donc pour les taux de chômage régulièrement suivis par l’INSEE et Pôle Emploi deux données distinctes qui reflètent la même réalité : une baisse de la demande d’emploi en dix ans. »

 

Pour les données du recensement de l’INSEE, les actifs ayant un emploi ont progressé de 1999 à 2010 de 3,7 points et le chômage a baissé de 2,6 points.

 

1999

2010

Ensemble

4 288

4 079

Actifs en %

74,2

77,9

actifs ayant un emploi en %

64,7

71,1

chômeurs en %

9,5

6,9

élèves. étudiants et stagiaires non rémunérés en %

8,6

7,7

retraités ou préretraités en %

5,9

7,8

autres inactifs en %

11,3

6,6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 En ce qui concerne les chiffres communiqués régulièrement par la DCSTEP, ils tiennent compte du chômage au sens de la définition de Pôle emploi pour les catégories A et B, puisqu’il n’est pas possible techniquement d’individualiser ces deux catégories sur l’archipel, comme précisé plus haut.

 

Une baisse régulière du nombre des demandeurs d’emploi est observée depuis 2008, alors même que celui-ci ne cesse de croître en métropole.

 

L’indicateur du chômage à Saint-Pierre et Miquelon diminue donc et oscille annuellement de 12,3 % en mars à 6,64 % en septembre.

 

La saisonnalité, très marquée sur l’archipel entraîne des fluctuations importantes sur cet indicateur. Il donne sensiblement les mêmes écarts chaque année avec une période de chômage fort en février/mars et une période d’étiage en août/septembre.

 

Le taux de chômage moyen constaté sur Saint-pierre et Miquelon avoisine les 7 % sur les 5 dernières années (7,27 %). En comparaison, le taux de chômage France entière s’établit à 10 %.

 

Le résultat est plus contrasté, mais avec une tendance générale à la baisse sur le long terme et avec toutes les réserves que nous venons d’évoquer.

 

Dans l’évolution récente, on note que l’archipel, dans l’intervalle 2010-2014, a gagné 230 habitants. Ce qui infirme les idées reçues comme celles qui répètent que l’archipel dénombrerait de nombreux départs fin 2013.

 

De la même manière, selon les chiffres de la CPS, la population active a progressé de 104 personnes entre 2006 (3 198 personnes) et 2012 (3 302 personnes).

 

Un autre point mérite qu’on s’y arrête, c’est la part de la population active qui travaille dans le secteur public. Les derniers chiffres de l’IEDOM donnent pour « les administrations, l’enseignement, la santé et l’action sociale », soit un champ bien plus large que la simple fonction publique (État, Collectivités et Hospitalière), un pourcentage de 44 % et le recensement de 2010 affiche pour sa part 46,9 %.

 

Il convient d’être prudent dans la présentation des chiffres, de définir exactement ce que l’on mesure et de se garder de tirer des conclusions sans recouper avec d’autres informations.

 

Ainsi, on peut affirmer que sur la question du chômage, Saint-Pierre et Miquelon a plutôt de meilleurs résultats, notamment en effectuant la comparaison avec les autres territoires de la République.

 

Il ne s’agit pas de dire qu’à Saint-Pierre et Miquelon, la situation est  très bonne ou qu’elle s’améliore, mais en tout cas, nous pouvons témoigner qu’elle est moins mauvaise ou qu’elle se dégrade moins qu’ailleurs et surtout qu’elle évolue en absorbant plus facilement qu’en métropole les effets d’une situation de l’emploi générale défavorable."

 

De là à dire que tout est noir sur SPM, pour certains il n'y a qu'un pas d'où la nécessité de se mettre d'accord sur les mêmes indicateurs.

 

Cette tendance baissière devrait se poursuivre avec par exemple le développement des services à la personne (cf. les recrutements annoncés notamment au CHFD....).

 

 

Partager cet article
Repost0
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 16:58

En préalable, je souhaite indiquer qu'aucune menace n'a été proférée hier lors de ma rencontre avec les Professionels. A l'inverse j'en aurai long à dire sur la première manifestation d'humeur.

 

J'ai regretté qu'un certain nombre d'articles à charge contre le Conseil Territorial soient sortis pendant plusieurs jours alors que les acteurs du monde économique veulent nouer un dialogue : est-ce un écran de fumée  ? Est-ce là la démonstration de certains de vouloir apaiser une situation ?


J'ai aussi clairement annoncé mon intention d'y répondre.

 

Dans un article de son blog sorti ce jour l'UPASC indique ne pas être satisfait des discussions de jeudi après-midi.

 

De nombreuses pistes ont été évoquées parmi lesquelles la fiscalité des entreprises.

 

Les questions qui se posent sur ce sujet sont donc les suivantes :

 

     - l'UPASC est-elle en train de refuser ma proposition de suppression de l'impôt forfaitaire annuel qui serait adoptée en décembre ? (107 entreprises sont concernées)

 

      - l'UPASC est-elle en train de refuser la mise en place d'un taux réduit de 15% pour les premiers 38 120€ de bénéfice ? (97 entreprises sont concernées)

 

 

Partager cet article
Repost0
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 08:44

Après le déferlement de critiques à l'égard de  la politique menée par la Collectivité, j'ai avisé hier après-midi les acteurs économiques que je répondrai à toutes ces "attaques" démagogiques fondées souvent sur aucun élément concret, chiffré.

 

Il s'agit là du premier de la  série.

 

Plus que des commentaires... des chiffres

Plus que du ressenti...du concret mesurable émanant de la CACIMA elle-même

Plus que de la polémique.... des données objectives nécessaires qu'il faut partager entre les acteurs

 

Données issues du document édité par la CACIMA dans le cadre de la semaine de la création d'entreprise, panorama 2012-2013.

 

* A Saint-Pierre et Miquelon, 69 nouvelles entreprises ont vu le jour au 15/11/2013 (+93% par rapport à 2012).

 

* "L'entreprise individuelle a la côte " +194% pour les créations, + 28% pour les autres types d'entreprises.

 

* "Des entreprises pérennes" : d'après la CACIMA, le taux de survie des entreprises à 5 ans est de 52% en  2012 (+2%) donc en amélioration

 

* "Une dynamique forte dans les services" : 49% en 2012, 62% en 2013

 

* "Une offre de plus en plus variée " : nettoyage des bâtiments, production audiovisuelle, taxis, activités photographiques, coiffure, beauté, fabrication de vêtements, hébergement touristique....

 

* " Catégories d'âge : des créateurs jeunes" : 29% de 26-35 ans en 2012, ils sont 65% de 26-35 ans en 2013 

 

* " Les salariés privés sautent le pas " : 45% en 2012, 59% en 2013

 

  A un avenir que certains promettent si sombre, les créateurs d'entreprises nous démontrent qu'un espoir existe, que l'entreprenariat local est actif et porteur d'avenir.

 

Creation d'entreprise 2012-2013 Creation d'entreprise 2012-2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 18:11

Devant les approximations répétées qui ont lieu sur le dossier de ma protection fonctionnelle dans le dossier diffamation, je crois bon d'apporter les éléments de débat objectifs pour faire taire la haine de certains à mon égard.

 

J'aborderai donc ce dossier sur le plan pénal d'abord puis sur le plan administratif ensuite:

 

A. Sur le plan pénal :

 

1°) Contre qui la plainte en diffamation  a-t-elle été déposée ?

La plainte pour diffamation a été déposée contre X afin de rechercher le responsable des propos incriminés. C'est le juge d'instruction dans le cadre de son enquête qui a identifié l'auteur présumé des écrits litigieux.

Je n'ai pas donc pas déposé plainte contre Annick GIRARDIN.

Pour ceux qui en douteraient, ci-joint le récépissé de la plainte....cela se passe de commentaires.

 

Plainte contre X du 23 12 2009 Plainte contre X du 23 12 2009

 

On s'offusque de cette plainte ? Certains ont déjà oublié que deux élus de Cap sur l'Avenir, en septembre 2009, ont quitté la séance officielle du Conseil Territorial et saisi le Procureur de la République qui a ouvert une enquête pénale sur le dossier SEAFOODS. Cette enquête a été classée mais je n'ai pas entendu Cap sur l'Avenir en faire état...

 

2°) Les Propos incriminés étaient-ils diffamatoires et qui était visé d'après la cour d'appel de Paris ?

 

Je cite ici expressément l'arrêt de la cour d'appel du 26/09/2013 :

" Qu'il y a lieu de considérer, contrairement au tribunal, que Stéphane ARTANO était visé par les propos poursuivis"

 

 "Considérant que l'emploi dans le quatrième article de la formule "utilisation de fonds public pour un enrichissement immédiat", rapproché des autres formules déjà citées établit que la prévenue impute à la partie civile la commission d'un délit pénal de détournement de fonds publics ce qui est diffamatoire"

 

3°) La prévenue a-t-elle été reconnue coupable ?

Annick GIRARDIN, renvoyée en correctionnelle, a été relaxée. Les juges ont considéré que ces propos s'inscrivant dans un cadre de polémique politique n'avaient pas excédé ce qui était autorisé....

 

B. Sur le plan administratif:

 

1°) Pourquoi le Conseil Territorial a-t-il accordé la protection fonctionnelle (prise en charge des frais de justice) au Président ?

Un fonctionnaire ou un élu qui est victime d'actes préjudiciables a droit à la protection de son administration. C'est une règle de droit français.

 

2°) Qui a attaqué la délibération de la Collectivité  du 02 juin 2010 ?

Annick GIRARDIN a attaqué une première fois devant le tribunal adminsitratif. Puis non contente de la décision, elle a fait appel à Bordeaux.

 

3°) Qu'a décidé le premier jugement administratif  du 26 septembre 2012 ?

La délibération du Conseil Territorial était parfaitement légale : je pouvais donc bénéficier de la prise en charge des frais de justice.

D'ailleurs, le Préfet de l'Archipel ne l'avait pas non plus attaquée à l'époque.

 

4°) Qu'a décidé la Cour Administrative d'Appel de Bordeaux suite au nouveau recours d'Annick GIRARDIN ?

a. les juges considèrent que la protection était bien due par la Collectivité...

 

b. ...mais cassent la délibération car au regard de la gravité des faits, la collectivité ne devait pas prendre en charge 100% des frais de justice : "les propos contenus dans les articles n'étaient pas d'une gravité suffisante pour justifier que la protection de la collectivité fût accordée......par la prise en charge par cette Collectivité de l'intégralité des frais de procédures...; que, pour ce motif, la délibération du 02 juin 2010..... est illégale et doit être annulée".

Autrement dit, la Cour reconnaît la possibilité d'une prise en charge partielle de ces frais de justice et ce peu importe que la prévenue soit relaxée ou non.

 

5°) Quel était l'avis du rapporteur public qui est important dans un dossier devant la justice administrative ?

En droit administratif, outre les parties au procès, il existe le rapporteur public qui donne un avis juridique pour les juges.

Nous nous sommes procurés les conclusions du rapporteur public qui allaient dans le sens du jugement du tribunal administratif :

"Pour le juge administratif, la question est de savoir si les faits étaient au nombre de ceux qui pouvaient donner lieu à une protection.

Il s’agit pour le juge administratif de déterminer si l’administration a correctement apprécié l’opportunité d’accorder la protection."

"En troisième lieu, sur la proportionnalité des modalités de la protection, là encore, la jurisprudence concerne essentiellement les cas dans lesquels la protection a été refusée et il est constamment jugé que l’administration peut ne pas retenir comme modalité de protection l’action en justice. La jurisprudence considère ainsi que l’administration peut éventuellement retenir comme motif d’intérêt général le caractère manifestement dépourvu de toute chance de succès d’une action en justice pour retenir d’autres modalités de protection (CE, 31 mars 2010, n° 318710</NUM>)."

Autrement dit, le rapporteur public validait la décision du Tribunal Administratif et donc la délibération de la Collectivité en adoptant une position conforme aux décisions connues à date dans ce genre de dossier. 

 

5°) Stéphane ARTANO remboursera-t-il la Collectivité ?

Oui, je m'y suis engagé.

Conformément à ce que les textes exigent un titre de recettes est en cours d'émission à mon encontre pour tenir compte de la décision de justice.

 

6°) Est-ce que le Président ARTANO peut demander la protection partielle de la Collectivité?

Oui, le juge d'appel a cassé la délibération car elle prenait en charge TOUS les frais donc je formulerai une demande de prise en charge partielle dont le niveau devra être fixé par l'Assemblée délibérante d'ailleurs, rien ne dit que le Conseil d'Etat ne donne pas raison à la Collectivité au final.

 

7°) Pourquoi la Collectivité a-t-elle saisi le Conseil d'Etat ?

Pour la première fois, à notre connaissance, des juges administratifs portent un jugement sur le niveau de prise en charge par une collectivité ou une administration.

 

Autrement dit, cette décision de la CAA de  BORDEAUX est attentatoire, du point de vue de la collectivité, au pouvoir de libre appréciation (financière) de toute administration car le juge devait en fait apprécier si en 2010, les conditions étaient réunies pour la prise en charge des frais de justice. Jamais les juges jusqu'ici ne contestaient le niveau de prise en charge financière.

 

Au-delà du cas présent, cette jurisprudence pourrait, si elle était confirmée, avoir des conséquences à l'avenir pour tous les élus et fonctionnaires confrontés au même cas de figure.

 

Le reste des commentaires que je lis ça et là ne sont que haine et rancoeur au-dessus desquelles je me situe largement. Ce n'est pas le cas de certains adversaires politiques pour qui la démagogie est devenue le leitmotiv.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 23:44
La nouvelle est tombée ce jour, François Hollande a rendu son arbitrage sur la réforme territoriale, les contestations naissent déjà à gauche.

La surprise vient du mouvement radical de gauche qui compte 3 ministres au gouvernement dont Annick Girardin.

Après les rebondissements des écologistes lors du précédent gouvernement (éco-taxe et j'en passe), comment des ministres PRG peuvent-ils intellectuellement et moralement rester dans un gouvernement qui portera cette réforme territoriale alors que leur mouvement s'oppose au projet Présidentiel ?

Nul doute qu'Annick Girardin trouvera des explications dont elle a le secret ou aura-t-elle le courage politique de claquer la porte ? Entre l'ambition personnelle et la cohérence politique, le choix est parfois difficile pour certains mais à gauche d'aucuns sont prêt à tous les grands écarts même moraux pourvu qu'ils restent au pouvoir.

"Communiqué de presse commun de MM. Jean-Michel Baylet, Président du PRG, sénateur, président du Conseil Général Jacques Mézard, chef de file des sénateurs PRG (Président du groupe RDSE) au Sénat et Roger-Gérard Schwartzenberg chef de file des députés PRG (Président du Groupe RRDP) à l’Assemblée Nationale

Les Radicaux s’inscrivent dans l’esprit de la première grande réforme de la décentralisation, qui fut initiée dès l’été 1981, sous l’impulsion de François Mitterrand et de Gaston Deferre. Cette dernière avait pour objectif majeur de rapprocher le pouvoir des citoyens et de permettre à l’Etat de se concentrer sur ses fonctions régaliennes. Force est de constater que les annonces récentes vont dans le sens inverse, imposant une réforme à marche forcée, où l’on fusionne des régions qui n’ont aucune histoire ni tradition en commun, et où l’on signe l’arrêt de mort du département qui constitue pourtant une collectivité territoriale de proximité. Tout cela dans la précipitation. Au nom de leur engagement républicain et laïque, les Radicaux s’opposeront à ce qui s’apparente à un coup de force."
Partager cet article
Repost0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 00:21

Le sujet TV de SPM 1ère étant un raccourci de mes déclarations, voici les raisons de la non participation d'Archipel Demain aux législatives partielles du 29 juin prochain :

 

1. Si François Hollande avait dissout l'Assemblée, l'élection législative aurait signifié un changement de majorité donc un changement de cap de la politique nationale. Le positionnement d'Archipel Demain dans ce cas aurait eu une toute autre dimension. Ce n'est pas le cas aujourd'hui dans cette élection partielle dont le terme est juin 2017.

 

2. En 2012, la population a choisi pour 5 ans la gauche (Présidentielle et Législative). Pour Archipel Demain, c'est en 2017 que nous tirerons le bilan de ces mandats. Nous serons particulièrement attentifs :

  - à la détermination de la France dans la défense des intérêts de Saint-Pierre et Miquelon concernant le dossier du plateau continental,

  - à l'engagement financier de l'Etat dans le prochain contrat de développement Etat/Collectivité ,

- à l'engagement de l'Etat, en termes financiers et pas seulement en discours, sur le projet de grand port porté par le MEDEF local. Au-delà des 80K€ de soutien pour une partie des études,  quelles sont les intentions réelles de l'Etat sur ce dossier ?

 

3. L'équipe d'Archipel Demain élue au Conseil Territorial est complètement investie sur les dossiers pour lesquels la population lui a  confié un mandat en mars 2012. Nous comptons donc bien honorer nos engagements au bénéfice de l'Archipel et de sa population au travers de projets aussi importants que le désenclavement maritime (Ferry...), le développement de nouvelles activités liées au secteur des nouvelles technologies (câble numérique...) ou encore la modernisation de notre dispositif douanier (SYDONIA World...).

 

Nous serons des observateurs attentifs de cette élection et des positions exprimées par les candidats sur les grands dossiers de l'Archipel quelles que soient les tendances politiques.

 

Je persiste à dire que la noblesse des fonctions électives aurait voulu que la Secrétaire d'Etat Annick GIRARDIN ne se présente pas sur un poste de Député pour lequel elle devra démissionner dans le mois qui suit. Elle ne sera donc pas la Députée de l'Archipel quel que soit le résultat de cette élection.

 

 

Partager cet article
Repost0
22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 14:15

Récemment, le Président  de la CACIMA a sollicité à juste titre, la réunion du comité de suivi de la délégation de service public internationale en fret. Je souscris également à cette demande.

 

Ce qui m'a laissé perplexe concerne le paiement de droits de douanes sur des marchandises qui, entrées sur le territoire,  sont appelées à  être totalement ou partiellement détruites parce que très détériorées avant même leur mise en vente. Le Président de la CACIMA a notamment pris l'exemple de fourrage destiné à nourrir les animaux en indiquant que ceux-ci arrivent parfois dans un état très dégradé et que les taxes douanières sont malgré tout acquittées. 

 

Cette situation m'a personnellement fait réagir et j'ai saisi sans attendre le service des douanes afin qu'il m'apporte les précisions techniques sur la réglementation en vigueur.

 

Service des douanes à PCT 12 05 2014 Service des douanes à PCT 12 05 2014

 

Ce jeudi 22 mai, j'ai donc adressé au Président de la CACIMA un courrier dans lequel je rappelle qu'il existe dans le cadre de la délibération du 10 août 2005 un régime qui permet le remboursement des droits de douane s'il est démontré qu'à leur importation, certaines marchandises étaient défectueuses ou non conformes. Soit elles sont réexportées soit elles sont détruites sous contrôle de la douane. Par ailleurs, concernant les fourrages, dans la mesure où un contrôle sanitaire est effectué par la DTAM avec remise d'un certificat, le caractère impropre de la marchandise doit justement être identifié à ce moment là.

 

PCT à CACIMA 22 05 2014 PCT à CACIMA 22 05 2014

 

Ce dispositif semble ignoré de certains professionels locaux. J'ai tenu à indiquer à la CACIMA que le Service des Douanes était à la disposition des commerçants pour expliciter ce type de mécanisme qui, méconnu, amène des frustrations inutiles  : payer des droits de douane pour une marchandise qui devra être détruite avant même sa mise en vente !

 

 

Partager cet article
Repost0
22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 00:11
Je serai en déplacement sur la grande île ce vendredi 23 mai pour une série d'entretiens.

Les personnes qui le souhaitent peuvent se rapprocher du Conseil Territorial à Miquelon, je ferai le maximum pour y donner suite durant cette journée.

Je rencontrerai également le Maire et les conseillers municipaux afin d'échanger sur un certain nombre de dossiers de la collectivité ( Maison de la Nature et de l'Environnement, dossier desserte maritime ....) mais également pour avoir espace d'échange avec la nouvelle équipe municipale dans la continuité de mon premier entretien avec le Maire.
Partager cet article
Repost0